2014, L'ANNÉE DE LA REPRISE

Le temps file à toute allure... L'année 2014 se termine et j'ai déjà plein de projets pour 2015 dont le fil rouge sera bien sûr l'Ironman France de Nice en juin.

Je vous propose un petit flash back sur l'année sportive qui vient de passer, une bien belle année 2014 riche en surprises, en sensations, en déceptions, en émotions et plein d'autres trucs en "sion".

EN 2014, J'AI COURU

J'ai débuté l'année 2014 par une préparation marathon, celle du marathon de Paris. Une expérience nouvelle pour moi qui avait décidé de NE PLUS JAMAIS préparer une course à fond. J'ai fait les choses comme il fallait, 2 semi de préparation, quelques 10km plus loin et quelques 40 à 60km par semaine envoyés, j'ai pu frôler mon pic de forme à quelques semaines de l'événement. Malheureusement, la course à pied est un sport de contact, de chocs, j'ai donc réalisé trop tard que j'en avais fait un peu trop en volume, un peu trop intensément, tout simplement un peu trop.

Début de syndrome de l'essuie glace à j-10, bien géré par les kinés mais malheureusement pas assez : abandon au 30km après avoir fait mon premier semi en 1h29.

Grosse déception, grosse remise en question.

En 2014 j'ai eu en dehors de genou recalcitrant, beaucoup de plaisir à courir tout simplement, petites, moyennes et grandes organisations. Des 10km de Vincennes à Marseille Cassis en passant par les 10km de l'Humanité où j'ai battu mon RP sur 10km en moins de 37mn. J'ai pris du plaisir à découvir une discipline et des sensations nouvelles, bref, en 2014, j'ai couru.

EN 2014, J'AI (RE) ROULÉ

2014, année de la reprise cycliste. Eh oui, je suis remonté sur un vélo, dans le cadre de ma préparation marathon, j'ai fait le choix de mettre 3 séances de vélo pour soulager mes genoux en prévention. Bon, ça n'a pas très bien marché puisque la blessure s'est installée.

Paris-Bordeaux

En 2014, je suis allé de Paris à Bordeaux en 3 jours sans assistance, seul mon ami Théo Bayssat m'a accompagné une partie du parcours. Une expérience formidable, une impression de liberté, de plaisir intense. Des journées à plus de 260km (11h d'effort).

2 villes étapes : Tours et Angoulême, deux arrivées nocturnes en solitaire, une souffrance individuelle et une gestion d'effort très loin de tout ce que j'ai pu réaliser lors de mes 20 années de pratique cycliste. 690 km, 26h30 de plaisir, de bonheur : une expérience formidable.

Paris-l'Alpe d'Huez

Seconde expérience "exceptionnelle", Paris-L'Alpe d'Huez. L'aventure folle de rejoindre la Tour Eiffel à la célèbre station de La Maurienne. (760km, 31h de vélo)

Cette fois-ci, Victoria m'avait fait la surprise de m'accompagner, la première journée fût très difficile entre Paris et Auxerre avec une grosse canicule, des moments de doute, à la limite de la déshydratation. (7h55 et 201km) . Seconde journée, la plus dure sur le papier fût certainement la plus longue journée de ma vie sur un vélo dans tous les sens du terme.

Je suis passé par tous les états, autant physiquement que psychologiquement.

Je n'avais jamais été puiser si loin que ce jour là : 246km en 9h57 d'effort solitaire sous une chaleur écrasante en passant par 4 départements. La Saöne et Loire c'est beau mais c'est dur, chaque bosse, chaque kilometre parcouru était un calvaire.

Les derniers kilomètres menants à Mâcon furent l'appothéose, quelques larmes ont même coulées ce jour là sur mon visage à la vue de la pancarte marquant l'entrée de la ville de Mâcon.

Dernier jour, le plus beau, le plus dur sur le papier mais le plus court (151km) et l'ascension mythique de l'Alpe d'Huez pour finir. Je me suis rendu compte ce jour là à quel point j'aimais ces montagnes. Départ d'Aix les Bains, où j'ai vécu 2 ans de ma vie cycliste. Passage par Grenoble puis longue vallée menant au pied de l'Alpe d'Huez. 6h53

de plaisir sous une chaleur écrasante, j'ai adoré souffrir ce jour là, j'ai adoré monter les derniers laçets de l'Alpe d'Huez lifféralement debout sur les pédales, surexcité par l'idée d'en terminer.

Victoria m'a accompagnée toute la montée, un plaisir intense, moi qui ne souhaite presque jamais partager ces moments de souffrance. J'ai terminé vidé, lessivé mais heureux !

Je pense qu'en 2015, d'autres raids de ce type verront le jour. Le rendez-vous est pris !

EN 2014, J'AI DÉCOUVERT LE TRIATHLON

En 2014, j'ai découvert le triathlon. L'histoire n'était pourtant pas gagné d'avance. Comme dit précédement, j'avais promis de ne plus jamais remonter sur un vélo et encore moins en compétition. Néanmoins, enfant, j'ai souvent rêvé d'être un sportif complet, un sportif capable d'être bon dans différents sports. J'ai appris plus tard qu'il n'était pas simple d'être excellent dans un sport alors de l'être dans plusieurs paraissait inaccessible.

Le temps est passé, les ambitions ont changées, l'esprit également, je ne fait plus comme par le passé du sport pour gagner, je fais désormais du sport pour apprendre, pour prendre du plaisir sans autre plaisir que celui d'être là et de s'entrainer pour arriver à prendre du plaisir avec quelques objectifs accessibles.

Théo Bayssat, co-founder de Jogg.in m'avait lancé en cours d'année un pari, celui de faire le triathlon longue distance de l'Alpe d'Huez avec lui en juillet. Pari relevé.

Préparation minime de 1 mois et demi : une quinzaine de séances de piscine, pareil de vélo et moins de course à pied. Préparation terminée par une semaine fabuleuse dans les Alpes dans la famille de Théo. Merci encore à eux, c'était énorme !

La course, j'en ai déjà parlé ici en détails, alors pour résumer cette journée : OUI, j'ai pris beaucoup de plaisir à remettre un dossard, OUI aussi, j'ai pris beaucoup de plaisir à souffrir, à me battre et à aller au bout de moi même. OUI encore cette journée est comme la révélation qu'il y a quelque chose à creuser dans cette discipline.

J'ai donc continué à m'entrainer, régulièrement, sérieusement dans un seul but : devenir un Ironman. Inscription réalisée 2 semaines après l'expérience de l'Alpe d'Huez.

Le rendez-vous est donc pris dans 6 mois sur la promenade des anglais de Nice ou se déroule le départ et l'arrivée de l'Ironman France.

Pour aller plus loin encore, j'ai signé dans un club, l'Aviron Bayonnais Triathlon sous les conseils de mon ami Benoit Kuentz meilleur amateur de la dernière édition de l'Ironman France et qualifié pour les championnats du Monde à Hawai.

Depuis début novembre, je nage et je roule entre 3 et 6 fois par semaine, je gaine, je bosse, j'affine, je positionne.

Je m'entraine dur, m'entraine juste pour être prêt le jour J.

Seul petit hic, mon genou gauche qui me tracasse mais il reviendra dans le droit chemin, je ferai tout pour !

Bref, en 2014 j'ai pris beaucoup de plaisir à refaire du sport, à rencontrer des gens formidables. Du partage, de l'amour, du fun. Merci à tous ceux qui ont contribués à cette belle année.

Bonne année 2015 à tous !

#ROADTONICE

Stéven

Suivez-moi
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Instagram Social Icon
Derniers Posts
Posts du mois
Archives
Nuage de mots clé
©2020 Steven Le Hyaric